Skip to main content

Lundi 5 novembre, 40 membres du club PCLM se sont réunis au Brit-Hôtel d’Arnage pour assister à une conférence animée par un de ses membres, Jean-Marie PELLETIER, directeur d’usine chez Valéo.

Aux 19 ème siècle, l’électricité fascine. On invente les batteries, les accumulateurs, les lampes… c’est la modernité.
L’électricité fascine. Nicolas TESLA et ses essais sur la foudre ont des relents de magie. De facto, l’automobile, en naissance, se doit d’être électrique. 
Le premier véhicule électrique jamais réalisé fut le tricycle TROUVÉ, inventé par le français Gustave Trouvé à Paris en 1881. Il était équipé d’un moteur Siemens et a parcouru la rue de Valois à 9 km/h.
La première voiture électrique à 4 roues fut construite par l’américain Thomas Parker en 1884.
En 1899, le belge Camille JENATZY bat le record de vitesse des 100 km/h sur la « JAMAIS CONTENTE » au Champ de Mars.

Au début du 20esiècle, tout indiquait que le véhicule électrique pouvait se développer, mais 3 personnes ont tué la voiture électrique.
- Le français Alphonse Eugène Beau de Rochas invente le moteur à explosion, 4 temps, en 1862.
- Nikolaus Otto invente le moteur à essence en 1872.
- Rudolf Diesel invente le moteur Diesel en 1893.

Le premier échec du moteur électrique date de 1920 lorsque l’on constate qu’il y a 50 fois plus d’énergie dans un kilogramme d’essence que dans un kilogramme de batteries. C’est une raison qui a poussé les utilisateurs à abandonner la voiture électrique.

Carl Benz, Henry Ford, Enzo Ferrari, Amédée Gordini, Ferdinand et Ferry Porsche… l’histoire est pleine de sorcier qui ont amélioré de façon incroyable les véhicules thermiques.

Premier come-back de la voiture électrique dans les années 1990 poussée par la réglementation américaine sur la pollution. Nouvel échec : quelques milliers de voitures vendues en raison d’un prix élevé, d’une autonomie réduite et un manque d’infrastructure de charge.
En 1997, pour contourner l’insuccès des véhicules tout électriques, Toyota sort la première voiture hybride qui combine à la fois un moteur thermique et un moteur électrique. Les ventes ne décollent en fait qu’en 2005.

Et maintenant !

C’est la réglementation sur le C02 (la consommation d’essence) qui tire tout le marché automobile, mais la physique reste la même qu’en 1920, les batteries Li-Ion sont meilleures mais toujours 20 à 30 fois moins denses énergiquement que l’essence..
De ce fait, le problème récurrent des voitures tout électriques c’est la taille et le prix des batteries. Pour faire 300 km, il faut 300 kg de batteries, qui coûtent entre 6 000 et 7 000 euros.
Les ventes de véhicules électriques restent décevantes à cause de l’autonomie et du prix.
Seuls les véhicules Premium arrivent à se vendre, Tesla S et BMW I3,…
L’autonomie reste le problème n° 1. La voiture électrique c’est écologique… mais il faut un fil de 361,3 km de long !

Quelles clés de succès pour la voiture électrique ?

Il faut améliorer la performance des batteries. Il faut au moins multiplier par 5 le rapport énergie : volume pour rentrer en compétition avec l’essence.
Il faut développer les infrastructures de recharge pour ne pas créer d’anxiété liée à la panne.
Tant que le pétrole reste abondant et peu cher (peu d’augmentation en euros constants sur les 40 dernières années), l’essence restera le vecteur le plus compétitif et le plus pratique.
Mais nos enfants rouleront certainement en voiture électrique si les batteries deviennent moins chères et plus performantes.

Et Porsche dans cette histoire ?
Première Porsche électrique en 1900, le 4X4 électrique Lohner-Porsche qui fut présenté à Paris.
La future Porsche Yaycan, toute électrique, 2 moteurs avant/arrière pour un total de 600 CV. 500 km d’autonomie (mais à quelle vitesse ???) et probablement à un prix astronomique !

La future Porsche Taycan. où sera le plaisir ? Accélérations canon : 0 à 100 en 2 secondes ?, comportement routier exceptionnel à cause des batteries qui génèrent un centre de gravité très, très bas, MAIS, Mais, pas de bruit ! où est le bruit du Flat-6 

À 300 km/h sur la voie de gauche de l’Autoban, il est probable que l’autonomie soit de… 50 kms…

Et oui, une voiture électrique ça accélère super fort, mais ça ne roule pas vite longtemps !!!

Merci Jean-Marie pour toutes ces informations qui ont conforté les membres de la nécessité de conserver leur Porsche à moteur thermique qui a encore de belles années de Passion à partager.

Connectez-vous avec Porsche Clubs France: