Skip to main content

Nous avions quitté l’an dernier les participants à la 911 Classic 3° édition éblouis par le somptueux programme concocté par le Porsche Club 911 Classic France (Roulage dans le Parc Naturel du ballon des Vosges, Visite du Musée Schlumpf privatisé pour l’occasion avec dîner au milieu des Bugatti, puis pèlerinage à la Mecque des Porschistes : le Musée Porsche via la route des Crètes de la Forêt Noire) Ah oui quand même… !!! me direz-vous. Presque au point d’ailleurs d’inquiéter quelque peu les organisateurs qui se projetaient déjà sur l’édition 2018. La barre était plutôt haute.

Et bien cette 4° édition restera apparemment gravée elle aussi dans les mémoires. Comme à chaque fois, dans un autre registre, dans une autre région. C’est aussi ça un peu la marque de fabrique de ce jeune Club (pas encore 4 ans) qui malgré des moyens humains et financiers encore un peu limités ne cède pas à la facilité et ne recule pas devant ce type de Challenge. Même pas peur !

 

Ainsi, comme en 2017, c’est un extrême coin de France (au sens propre comme au sens figuré !) qui était visé. Les Alpes Maritimes et la Côte d’Azur, après l’Alsace. Ce qui suppose à chaque fois que bon nombre de Gentils Participants et leurs anciennes traversent plus ou moins la France pour rallier la manifestation. A en juger de la provenance lointaine de certains (Ile de Ré, Nord, et même Allemagne…) à qui nous tirons notre chapeau, force est de constater que l’attractivité est là et bien là, et que quand on aime…

Et la preuve – on le dit et le répète à longueur d’année dans nos colonnes – que ces increvables sportives ne demandent qu’à rouler !

A fortiori quand le 911 Classic nous emmène encore vers du Mythique cette année. Bof la Côte d’Azur c’est surfait me direz-vous... Peut-être, mais si je vous dit par contre arrière-pays Niçois, Rallye de Monte-Carlo, Col de la Couillole, Col du Turini…même les moins de 20 ans sont obligés de connaître et d’avoir le système pileux en éveil. Et même si aujourd’hui le « Monte », c’est plus comme c’était avant, ma brave dame !

 

Une soixantaine d’autos se retrouvaient donc à Nice dès le Vendredi soir.

Format habituel de l’évènement, destiné à privilégier la convivialité. Et un peu contraint aussi. Car « Aller trouver fin Septembre, dans les petits villages de l’arrière-pays, un resto capable d’accueillir plus de 100 personnes et parquer en sécurité 60 autos, c’est vraiment pas une sinécure !!! » nous  confiait Carole Macagno, Secretaire/Trésorière du Club et cheville ouvrière de la manifestation.

 

Mieux effectivement valait arriver la veille, non seulement pour le désormais traditionnel apéro et dîner de retrouvailles. L’occasion de faire aussi connaissance avec Isabelle, assureuse (ça se dit ?) passionnée d’autos et nouvelle partenaire du Club au travers d’AXA Collection.

Mais aussi parce que le réveil allait sonner tôt le lendemain matin pour un briefing dès 7h30 (ça piquait un peu !) et un départ à 8h des premières autos.

Fraîcheur bienvenue (ça n’allait pas durer !!!) soleil et grand ciel bleu étaient au rendez-vous (trop facile ici ! me direz-vous, mais bon où que l’on soit, les organisateurs tremblent toujours !)

Et tout ce petit monde tournait sans l’ombre d’un regret le dos à la mer pour se diriger vers les montagnes si proches qui s’éclairaient progressivement D’où le nom d’Alpes Maritimes pour ceux qui n’auraient pas suivi. 

Juste le temps de s’extraire de la banlieue niçoise hyper urbanisée que se redresse déjà brutalement le relief, que la route – bien que « nationale » - s’engage dans l’étroit Défilé de Chaudan. Grâce à cette heure matinale la circulation est raisonnable, et encore plus appréciable, quasi pas de vélos comme sur tout notre parcours de la journée. Yes !!!

Comme sera juste magique la lumière du matin sur les roches rouges des spectaculaires Gorges du Cians. Finalement ça vaut le coup de se lever un peu tôt.

Ah les Gorges du Cians, ses sublimes paysages…et ses enchainements rapides, ses tunnels où les belles s’en donnent à gorge…déployée. Vingt-deux bornes de pur bonheur.

En tendant bien l’oreille, il m’a même parfois semblé entendre résonner encore les vocalises des légendaires Berlinette Alpine, Porsche 911, Lancia Stratos et inoubliables Groupe B (au rupteur !) Audi Quattro, Lancia 037, 205 Turbo 16 et autres R5 Turbo…

Et puis allez, petite pause-café (au soleil évidemment) à Valberg, station de ski (1673m) avec ses airs de petite Suisse…alors que l’on n’est qu’à 50 km de la plage à vol d’oiseau. Y’en a qui  habitent dans des régions défavorisées quand même !

 

Et quand on vous disait Mythique, comme l’on fait les organisateurs, nous vous avons gardé une petite – que dis-je une grande – surprise. Un « monument » du Rallye de la « grande époque » avait fait l’amitié au Club 911 Classic de venir partager avec nous ce week-end de passion. J’ai nommé MONSIEUR Jean Claude Andruet, ancien champion de France et d’Europe des Rallyes que l’on ne présente plus (du moins aux plus de 20 ans cette fois !!!). Sur une magnifique 2.4S couleur olive très généreusement mise à disposition par Jean Yves, membre du Club, il a très gentiment emmené en baquet de droite quelques privilégiés qui ont ainsi pu admirer son coup de volant intact et bénéficier de ses conseils. Tout comme ceux qui le suivaient (du moins ceux qui y sont parvenus, notamment dans « La Couillole » !!!) ont pu s’inspirer de son style très coulé et de ses trajectoires léchées. 

Pendant tout ce week-end Jean Claude a été d’une extrême disponibilité, se pliant aux sollicitations des participants (échanges, autographes, photos…) et, étant aussi bon conteur que pilote, nous a régalés d’anecdotes savoureuses et drôles. Une simplicité, une bonne humeur et un humour à toute épreuve. Un immense Merci du Club 911 Classic, Jean Claude, pour cette rencontre magique et de si précieux souvenirs pour les participants.

 

A des rythmes variables, mais plutôt toniques, via Beuil, le fameux Col de la Couillole, St Sauveur sur Tinée et la Colmiane nous nous sommes dirigés vers Le Boréon. Où quelques circuits de freins « un peu » sollicités ce matin furent on ne peut plus heureux de pouvoir se détendre, pardon, se « retendre ».

A noter à ce sujet que comme pour chaque édition, un partenaire mécanique nous accompagne afin de pallier à tout éventuel caprice de diva de ces anciennes. Depuis 2 ans, c’est Damien Gault et son équipe, Atelier Gobin, spécialiste mécanique et restauration Porsche, qui nous soutient et nous assiste. Ses compétences, disponibilité et gentillesse sécurisent énormément les participants. Grâce à eux, personne depuis 2 ans n’est resté au bord de la route. Un inestimable bonus pour la manifestation.

Comme on le disait plus haut, on a alors pu vérifier le gageure de trouver dans ces montagnes un restaurant capable d’accueillir autant d’autos et de convives. Un exploit de l’équipe Parking (qui avait dû s’entrainer au Tetris pendant les longues soirées d’hiver) a permis que tout le monde trouve sa place. Certes ce n’était pas ici les alignements règlementaires de certaines manifestations mais le rendu était des plus drôle !

Pareil sur la terrasse où le restaurateur avait dû retirer tous les parasols et leurs pieds encombrants pour pouvoir assoir tout le monde. Mais avec une vue aussi somptueuse sur la Vallée, le Lac et les sommets environnants, il eut été impensable de déjeuner à l’intérieur. Un soleil radieux régnait dans un ciel immaculé. Malgré les consignes précises des organisateurs concernant casquettes et autre couvre-chefs indispensables, pour certains étourdis (ou venus de régions plus septentrionales) le « rouge indien » cher à notre ami Dominique Maroni , était après le repas la couleur dominante Pour un avant-goût du Paradis Porsche peut être ?

 

Après avoir repris des forces (suite aux 140 km du matin) notre équipée redescend ensuite la vallée de la Vésubie pour une promenade digestive (hum, hum !)…du moins jusqu’au pied du célébrissime Col du Turini, souvent « juge de paix » du Monte Carlo. Quelle émotion alors de s’imaginer mettre ses pneus dans les traces des pilotes de légende, Jean Claude en tête, mais aussi les Munari, Darniche, Thérier, Ragnotti, Saby, Auriol, Mouton, Rohrl et les autres. Heureusement que le Turini comporte plusieurs faces d’accès car bon nombre de manifestations avaient choisi ce lieux en cette journée ensoleillée. Evènements Pirelli et Michelin, d’où présence en haut du col de cousines italiennes, Ferrari, Lambo, Fiat Abarth…presque le Mondial à la Montagne ! Après la montée du col (Raaah lovely !) on réalise avec humilité que cette route était de plus empruntée par les funambules précédemment cités sur la neige et/ou la glace, souvent de nuit, à la montée comme à la descente !!! 

Passage ensuite à la boutique souvenirs et rafraichissement au bien connu Hôtel des 3 Vallées, aux murs tapissés de plaques, affiches et photos de rallye où Jean-Claude fait à nouveau sensation.

 

Comme la brume montait, nous nous sommes, nous, décidés à redescendre et résignés à quitter ce lieu emblématique et chargé d’histoire du sport automobile. Redescente vers Lantosque et les magnifiques Gorges de la Vésubie, un peu plus en convoi cette fois, la circulation « civile » étant plus dense en cette fin d’après-midi. Retour à la civilisation (c.a.d l’urbanisation, les 80 km/h et leurs radars…parait que c’est le progrès !?) et surtout à l’hôtel pour une appréciable douche.

Soirée conviviale enfin pour couronner cette superbe journée. Apéro champagne offert par Champagnes Pierre Gobillard et cocktail dinatoire autour de la piscine. Remise attendue des prix du concours d’état, récompensés par notre fidèle partenaire majeur Allopneus, et Meguiar’s. Une excellente ambiance vraiment, car malgré la dispersion géographique des membres de ce Club national, les liens se tissent au fil des éditions et les participants ont de plus en plus de plaisir à se retrouver, ainsi qu’avec l’équipe organisatrice.

 

Contraste saisissant ensuite dans le programme du Dimanche. Afin que ces wee-ends puissent être un plaisir partagé en couple, l’équipe organisatrice a voulu remercier les copilotes d’avoir permis à leur pilote préféré (ou préférée il y en a aussi !) de faire mumuse comme de grands enfants la veille avec leur jouet préféré. Et concocté le programme idoine.

Lever PAS aux aurores pour tous et pour une journée DETENTE. Départ à 9h15 (Yes !!! quasi grasse-mat’!) pour Villefranche sur Mer en passant par la fameuse Promenade des Anglais (qui, pour nous, en l’occurrence sera la promenade de nos Allemandes)  et la Basse Corniche (jolies vues mer garanties !) Le tout en convoi, drapeaux 70 ans Porsche au vent, inutile de dire que nous ne sommes pas passés inaperçus et avons fait le bonheur des très nombreux promeneurs du Dimanche matin. Petite balade dans le vieux village de Villefranche, un peu de shopping et tout le monde se retrouve à l’embarcadère.

Nous y attendait le bateau, privatisé par le Club, pour « La Croisère du 911 Classic s’amuse », dans la baie de Villefranche et autour du Cap Ferrat, afin d’admirer de près superbes yachts et somptueuse propriétés. Sous le soleil et avec un peu de clapot.

Pour terminer en apothéose ce mémorable week-end, les participants se retrouvent ensuite pour déjeuner sur le top-roof (non pas top RUF !) du restaurant dans un cadre enchanteur, avec vue magique sur la baie et les bateaux.

Pour tous, l’envie de prolonger encore ce moment de grâce est bien présente mais il faut se résoudre à se séparer. Pour certains, ceux notamment devant rallier les brumes et les frimas du « Nord », la transition s’annonce difficile mais la perspective de se retrouver pour la 5° édition donne du beaume au cœur ! Et encore un grand merci à tous nos partenaires, nouveaux comme fidèles, ayant rendu cette fête encore plus belle.

Connectez-vous avec Porsche Clubs France: